Zéro Carabistouille – Le quotidien d’une famille .be vers le zéro déchet 1


Copyright photo : Sylvie Droulans

Copyright photo : Sylvie Droulans

Sylvie Droulans, habitante d’Etterbeek, a lancé il y a quelques semaines un très chouette blog intitulé « Zero Carabistouille » . Sylvie y partage son expérience du « quotidien d’une famille .be vers le zéro déchet » . Cette thématique de la diminution des déchets est importante pour beaucoup d’entre nous à Etterbeek en Transition, car outre l’impact environnemental d’une telle démarche, elle est également liée à une volonté de simplicité volontaire et d’une relocalisation partielle de notre économie. C’est dans cet esprit que nous vous proposons cette interview de Sylvie.

Salut Sylvie, pourrais-tu te présenter en quelques mots ?

Sylvie Droulans Copyright photo : Photosensible - Sabrina Dhondt

Sylvie Droulans Copyright photo : Photosensible – Sabrina Dhondt

J’ai 38 ans, mariée et mère de 2 petites filles (Naïs, 9 ans et Una, 6 ans). Nous vivons à Etterbeek depuis plus de 12 ans. Je travaille dans une grosse mutualité belge en tant coordinatrice de projets au sein de la Direction médicale.

Il y a 2 ans, j’ai décidé de donner un nouvel élan à ma carrière en diminuant mon temps de travail à un mi-temps dans le cadre d’une pause carrière. Ma famille et moi-même sommes particulièrement engagés dans des mouvements citoyens au sein de notre commune : contrat de quartier durable, jardin collectif derrière chez nous co-construit avec nos voisins, engagement dans des groupes d’achats solidaires, actifs dans l’association de parents de l’école de nos enfants …

En quoi consiste le projet “Zéro Carabistouille” et quelles sont ses origines ?

Copyright photo : Sylvie Droulans

Copyright photo : Sylvie Droulans

Depuis la naissance de notre première fille, nous privilégions un mode de vie sain au travers d’aliments locaux, de saison et respectueux de l’environnement. On s’est donc inscrit dans un GAS. Et très vite, en mettant le pied à l’étrier, tous nos choix ont pris la direction du “durable”. En novembre 2015, j’ai assisté à une conférence de Bea Jonhson, organisée par les Amis de la terre. J’avais déjà lu des articles à son sujet. Depuis 2008, sa famille de 4 personnes ne génère plus que l’équivalent d’un bocal d’1L de déchets par an. Ca m’a beaucoup interpellé. Quand je suis sortie de cette conférence, je me suis rendue compte que malgré le fait que nous faisions déjà beaucoup de choses pour respecter l’environnement, nous n’étions pas encore assez loin si nous voulions réellement sauver la planète! Ainsi, on a décidé de se lancer dans l’aventure du zéro déchet. Le livre de Bea est une vrai mine d’or mais je n’y ai pas trouvé tout ce que je voulais. J’ai donc commencé à chercher sur le web et je me suis assez vite rendue compte qu’il n’y avait pas beaucoup de références belges dans le domaine du zéro déchet : Où trouver du vrac ? Où acheter ses produits cosmétiques sans emballage ? … Graduée en marketing et communication, j’avais toutes les cartes pour me lancer dans cette belle aventure et rentrer dans la blogosphère ! J’ai donc créé www.zerocarabistouille.be dans le but de faire connaître ce nouveau mode de vie au plus grand nombre. Au travers de recettes, de défis, de nos expérience j’espère que les lecteurs mettront l’une ou l’autre action en place pour être plus en phase avec la nature et l’environnement.

Ton blog, créé il y a quelques semaine, remporte déjà un grand succès. Comment expliques-tu cela ?

Je pense que l’on est à un tournant de notre civilisation. Si on ne fait rien aujourd’hui, quel sera le lendemain que l’on offrira à nos enfants ? Pourquoi les températures sont si hautes et avons-nous autant de dérèglements climatiques (inondations, tornades …) ? On ne peut plus se voiler la face : l’être humain est responsable et il doit revenir à la terre, changer ses comportements. La communauté Facebook mais aussi les médias ont un grand impact sur la conscience collective et aujourd’hui, la révolution est en marche. Il y a de plus en plus de mouvements citoyens (un bon exemple est Etterbeek en Transition), les gens réapprennent à parler entre eux, des communautés se créent, disent non au politique et réaffirment leur choix. Il faut agir. Peu importe leur taille de l’action que l’on mène, du moment qu’elle ait lieu ! Nous avons tous un petit colibri au fond de nous !

Dans la Transition, on aime nous projeter dans l’avenir dont on rêve, pour ensuite voir les choses à mettre en place pour le co-construire ! A quoi ressemblera Etterbeek en 2030, selon toi ?

EtterbeekEtterbeek redeviendrait comme un village, où les gens d’une même rue, d’un même quartier se connaissent, se rendent des services, organisent des moments de rencontres. Au coin des rues, les pieds d’arbres seraient remplis de fleurs et de bons légumes à picorer selon ses envies. Etterbeek serait aussi une commune où les usagers faibles (piétons, cyclistes) auraient une infrastructure adaptée à leur réalité : des pistes cyclables, des box à vélos, des trottoirs accessibles à tous, même aux personnes à mobilité réduite. Nos enfants pourraient disposer d’un enseignement qui soit de qualité où l’on prône la diversité culturelle et où les différences deviennent une richesse. On les mettrait aussi plus en contact avec la nature. Les commerces de proximité et des métiers d’artisanat reprendraient vie et ce savoir serait enseigné pour revenir à un mode de vie plus sain et plus simple, dans le respect de l’autre.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le blog de Sylvie: http://www.zerocarabistouille.be/ 


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Commentaire sur “Zéro Carabistouille – Le quotidien d’une famille .be vers le zéro déchet

  • Trump grand gagnant

    Bobo land.
    Ils vivent dans leur monde, puis un jour c’est la claque.
    Trump vient de gagner, et le Brexit a eu lieux.
    Attendez le référundum en Italie, la soit disant remonté des taux et l’impression monétaire illimité des banques centrales.
    Les troubles sociaux ne font que commencer.
    Vous devriez vous préparer, parce que quand toutes les aides sociales vont disparaitre, ca risque d’être un carnage dans les villes.
    Les prédateurs vont se réveiller et les proies se feront dévorer.